Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

lundi 24 juillet 2017

Quelques nouveaux livres


Nicole Mangin - Seule femme médecin de la Grande Guerre
Auteur Marie-José Chavenon
Edition Vent d’Est - 62 pages

Nicole Mangin, née à Paris le 10 novembre 1878, fut l’unique femme médecin française de la Grande Guerre. Elle devint médecin en 1919. Mobilisée en 1914 sous un nom masculin erroné, elle fut admise à travailler auprès des blessés de la bataille de Verdun et fut présente sans relâche en salle d’opération. Finalement promue médecin-major, puis capitaine, mutée à Paris, elle fut directrice d’hôpital et enseignante. Humaniste, honnête, généreuse, énergique, elle s’imposait en douceur, dirigeant ses équipes ou ses élèves avec fermeté et respect. Jamais reconnue au même niveau que ses confrères masculins, elle ne reçut ni médaille, ni distinction de l’armée.



Henri Gouraud, photographies d’Afrique et d’Orient
Auteur Julie d’Andurain
Editions Pierre de Taillac - 240 pages 

Le Général Gouraud fut un militaire colonial passionné pour l’Afrique. Général confirmé puis gouverneur militaire de Paris en 1928, il se distingue comme le représentant de l’armée française durant l’entre-deux-guerres. Déterminé et curieux, il ne cessa de faire photographier tout ce qui le marqua lors de sa carrière (militaires français, populations indigènes, autorités locales...). Il est à l’origine de 10 000 photographies conservées aux archives du ministère des Affaires Etrangères. Julie d’Andurain, spécialiste de l’histoire d’Afrique, propose un passionnant voyage photographique en Afrique et en Orient. Elle met en lumière la personnalité atypique du général ainsi que son témoignage unique de l’histoire des peuples et de leur combat. Les 200 pièces les plus significatives du général Gouraud ont ainsi été sélectionnées.

Le Mythe du Sauveur américain 1917-1918 - Essai sur une imposture historique
Auteur Dominique Lormier
Editions Pierre de Taillac - 120 pages 

À chaque anniversaire de la victoire de 1918, les films d’époque rediffusés mettent en avant le rôle capital joué par l’armée américaine dans la défaite de l’Allemagne. Ces images tournées pour démontrer que le nouvel allié américain était très puissant ont parfaitement rempli leur rôle : remonter le moral des civils et des soldats qui combattaient depuis 1914. Mais cette propagande a eu une conséquence inattendue : convaincre les générations suivantes que la victoire de 1918 était d’abord une victoire américaine ! Or, les faits démontrent le contraire : l’armée américaine est principalement transportée par la marine britannique, elle est équipée par les industriels européens et entraînée par l’armée française ! Et elle n’est évidemment pas la plus représentée sur le front : seules 2 divisions américaines sont présentes ! Pour la première fois, cet essai passionnant ose remettre en cause le mythe du « sauveur américain » qui nous fait croire, depuis près d’un siècle, que la victoire de 1918 est américaine alors qu’il s’agit avant tout d’un remarquable succès français, britannique et italien.


1918 - L’étrange Victoire
Auteur Jean-Yves Le Naour
Editions Perrin - 416 pages 

L’issue de la Première Guerre mondiale est connue de tous et pourtant, Jean-Yves Le Naour réussit, sous sa plume alerte, à faire revivre cette année 1918 qui, après des mois chaotiques, s’achève sur l’étrange victoire alliée. En effet, au printemps 1918, par trois fois, Français et Britanniques ont le sentiment de frôler la défaite. On se bat sur la Marne et à Paris, bombardé, on est en proie à la panique. De tous côtés, les fronts se resserrent : depuis mars 1918, la paix signée avec la Russie bolchevique libère un million de soldats allemands pour l’ouest. Une course contre la montre s’engage avec un unique objectif : tenir. Dans ce dernier opus, l’historien nous dévoile les coulisses politiques et, passant d’un front à l’autre, nous entraîne jusqu'au dénouement.




Écrire en guerre, 1914-1918 - Des archives privées aux usages publics
Sous la direction de Philippe Henwood et Paule René-Bazin
Edition des Presses Universitaires de Rennes - 200 pages 

Fruit d’un travail collectif entre universitaires et archivistes, cette publication est issue d'un colloque organisé par La Société des Amis des Archives de France et les Archives nationales qui s’est attaché aux archives et aux écrits privés des acteurs de la Grande Guerre, conservés dans les familles. Après l’opération de la « Grande Collecte », il s’agit de mettre en valeur ces témoignages issus de journaux intimes et de correspondances diverses. L’ouvrage s’intéresse autant aux organismes acteurs de la collecte de ces documents qu’à nous faire découvrir les auteurs-témoins et leurs écrits, toutes ces archives qui servent de sources à la recherche scientifique et enrichissent la connaissance de la Première Guerre mondiale.

Sturmgrenadiere à Bosmont - Histoire du Sturmbataillon N° 7, 1916-1918
Auteurs Alain Nice et Dirck Schoeters
Edition Alain Nice - 368 pages 

Inspiré du livre de F. Ristow « Sturmgrenadiere », paru en Allemagne en 1959, ce nouveau livre, en hommage à l’auteur, est le fruit de recherches complémentaires tant dans les archives françaises qu’allemandes. Agrémenté d’une abondante iconographie souvent inédite (photographies allemandes, cartes, croquis, dessins…), il retrace l’histoire du Sturmbataillon N°7, bataillon d’assaut de la 7e armée allemande qui s’installa à Bosmont-sur-Serre, Tavaux et St-Pierremont (canton de Marle, département de l’Aisne) de novembre 1916 à octobre 1918. En 1917 et 1918, ce bataillon combattit sur tout le front de la 7e armée et notamment au Chemin des Dames puis sur la Marne et en Champagne. Ce livre évoque divers aspects de l’occupation allemande à Bosmont-sur-Serre, un petit village de la vallée de la Serre, mais aussi à Tavaux, notamment la vie quotidienne des civils sous occupation, les vexations, les punitions, le travail forcé… ainsi que les traces et les vestiges de la Grande Guerre encore bien visibles aujourd'hui.



Histoire  de l’Armée Française - 1914-1918
Auteurs François Cochet et Rémy Porte
Edition Tallandier - 528 pages 

Forte de 2,5 millions d’hommes, l’armée française, en août 1914, est la plus puissante et la plus moderne du monde. Dès l’automne, les évolutions dans l’armée s’accélèrent et trouvent leur aboutissement dans la victoire.
François Cochet et Rémy Porte, deux historiens spécialistes du domaine militaire, racontent comment cette armée s’est construite.
Cet ouvrage présente une première synthèse sur le rôle, l’organisation et les évolutions de l’institution militaire. Il évoque les nouvelles formes de commandement, les multiples innovations technologique, l’usage des armes. Les auteurs ont tenu à montrer l’armée française loin des stéréotypes et des tabous.


1914-1918, L’autre Hécatombe - Enquête sur la perte de 1 140 000 chevaux et mulets
Auteur Claude Milhaud
Edition Belin - 300 pages 

Ce livre traite des effectifs équins et de leur « conservation » durant la Première Guerre mondiale. L’auteur identifie, puis explique les causes immédiates des pertes en chevaux et mulets enregistrées au cours des 52 mois de guerre, et conduit à proposer au lecteur trois causes profondes à cette hécatombe : l’imprégnation de l’organisation des armées par le concept de guerre courte, l’illusion induite par la compensation des pertes par des achats à l’étranger, les négligences et abus constatés tout au long de la guerre dans l’utilisation et l’entretien des équidés. Les textes réglementaires et les échanges de correspondances entre les armées et les organes ministériels, puisés dans les archives du Service Historique de la Défense, ont constitué l’essentiel de sa documentation.


Aucun commentaire: