Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

mardi 24 janvier 2012

Salon du livre de Bourges (Cher)

Nous serons présents au salon du livre de Bourges le samedi 4 et le dimanche 5 février 2012.

Jean-Claude Auriol et Alain Pereur vous présenteront les livres écrits par les membres de notre équipe.

Nous vous attendons afin de partager la passion qui est la nôtre.

Une tombe à Courtacon (Seine-et-Marne)

Le 21 octobre 2011, des membres de L'Encrier du Poilu ont restauré la tombe du jeune Edmond ROUSSEAU, fusillé par les Allemands le 6 septembre 1914 à Courtacon (Seine-et-Marne).

La photographie ci-dessous permet d'apprécier le travail de mémoire réalisé.

mardi 17 janvier 2012

Un nouveau livre

Envoi de Gilles Roland







samedi 7 janvier 2012

Noël et nouvel an...


Bonjour à tous,

Ci- contre un dessin d'un poilu... qui à l'occasion de ces fêtes pensait à... son épouse ou sa fiancée...
Et je me suis dit que la présence des Poilus au front au moment de ces fêtes devait être pénible autant d'un côté que de l'autre... Bien sûr l’État-major et l'état offraient quelques douceurs (certains témoins ont parlé de champagne, de cigares ou une orange) mais ces douceurs ont-elles remplacé celles du foyer familial avec l'épouse, les enfants, la fiancée, les parents ou tout simplement les amis...
Et cette souffrance spécifique, puisqu'elle touchait le moral du poilu, qui en prend conscience aujourd'hui ? Ah oui j'oubliais si cela apporte un peu d'argent ou quelques voix dans l'escarcelle..
Au sénat on a remis le couvert avec l'amnistie des fusillés pour l'exemple !!! tiens donc... un député questionné m'a répondu : "simple coïncidence"!!!