Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

samedi 23 janvier 2016

Le nouveau livre de Jean-Claude AURIOL

LES OUBLIES de la MEMOIRE

Cent ans après le déclenchement de la guerre la parole de celles et ceux qui l’ont vécu ne s’est pas tue. Cette voix est en effet bien présente dans les livres, les écrits, les photographies. En revanche, celle des prisonniers de guerre et des déportés civils est beaucoup plus rare. Cela est confirmé par cette phrase d’un ancien détenu :
« Ne serions nous pas aussi dignes d’intérêt que les fusillés et autres victimes de la guerre ».
Dans ce livre l’auteur a voulu rendre publiques les épreuves de celles et ceux qui n’ont pas eu le beau rôle dans cette tragédie que fut la Grande Guerre. Ce travail complémentaire au premier intitulé, « Les barbelés des Bannis », permettra et c’est son espoir, d’éveiller l’intérêt que les prisonniers et les déportés méritent.
Cet ouvrage répare un oubli, il interroge sur les conditions de vie quotidienne des détenus en Allemagne, sur l’organisation concentrationnaire établie par les autorités allemandes, sur la discipline trop souvent atroce.
Il témoigne de la difficulté de la Société française à reconnaître les souffrances des prisonniers, qu’ils soient militaires ou civils. C’est pour cette raison que les captifs ont toujours eu le sentiment d’être les parents pauvres de la famille guerrière. Ils n’ont jamais eu l’image valorisante d’un poilu, et pourtant leur souffrance fut grande : loin de leur pays, avec peu de nouvelles de leur famille, souffrant de la faim, du manque d’hygiène, des punitions exercées avec méthode et rudesse.
Mais en même temps, ce livre permet de déconstruire les allégations de la propagande allemande, comme par exemple le bien être des détenus dans les camps, la correction des officiers et gardiens, la nourriture digne d’un restaurant de l’époque…
L’œuvre de l’auteur est méritoire, car son travail de collecte de renseignements, de documents et autres photographies, a suscité un déploiement d’énergie conséquent.
Enfin et c’est ce qui en fait sa rareté, cet ouvrage reprend en annexe, les listes patiemment composées depuis plus de 40 années, des différentes sortes de camps institués par les Allemands que ce soit en Allemagne ou dans les pays occupés. L’auteur délivre un témoignage précieux sur les divers types de geôles et lieux d’enfermement, utiles pour les chercheurs en généalogie, ainsi que des anecdotes surprenantes.

__________________________

LES OUBLIES de la MEMOIRE

Prix du livre : 19 € plus 4 € de frais d’envoi.

Nom, prénom : …………………….
Adresse : …………………………………………………………………………….

Nombre d’exemplaires :… x 23 € = …. €

Bon et règlement à adresser à :
Jean Claude AURIOL, Quartier du Har – 31580. Saint-Plancard
Mail : jeanauriol@wanadoo.fr

Aucun commentaire: