Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

vendredi 2 septembre 2011

Charles Roger LUDIN

En lisant "La lettre du Chemin des Dames" n° 22, je me suis aperçu que "la tombe d'un soldat né à Mexico" était intégrée dans un circuit organisé par les responsables de la Caverne du Dragon. Cette tombe n'est autre que celle de Roger LUDIN, mort le 29 juillet 1917. Il appartenait au 290e régiment d'infanterie.
Depuis le 8 juin 2002, cette tombe était entretenue par notre association.

Il me semble utile de préciser que cette tombe aurait complètement disparu sans un travail de mémoire commencé en octobre... 1992.
A cette date, je découvris une tombe abandonnée au milieu des herbes folles. Une vieille croix me permit d'identifier le nom du soldat qui repose en ces lieux : Roger LUDIN.
Je photographie ce vestige et j'archive cette photographie ci-dessous.















Puis, je passe plusieurs fois par an dans cette petite clairière afin de me recueillir.

En 2000, je constate avec tristesse que la croix a disparu et que la tombe va suivre le même destin.
Ci-dessous la photographie de la tombe perdue dans les herbes.













Un sentiment de colère s'empare de moi et je décide d'agir.
Avec quelques amis, nous décidons de débroussailler la clairière, de restaurer la tombe et de refaire une croix. Ce travail est terminé le 8 juin 2002.
Ci-dessous, la photographie de la tombe restaurée.
















Bien évidemment, nous n'attendions aucun remerciement, nous oeuvrons pour la mémoire avec nos faibles moyens.
Mais il m'a semblé logique, maintenant que cette tombe est intégrée dans un circuit de mémoire sous l'égide de la région, de raconter l'historique de ce lieu maintenant visité et de préciser que, sans l'intervention de bénévoles, ce témoignage n'existerait plus.


Une dernière petite précision : contrairement à ce qui est écrit dans "La lettre du Chemin des Dames" n° 22, LUDIN n'est pas né à Mexico mais à Miraflorès en 1892.

Le 15 septembre 1914, il contracte un engagement pour la durée du conflit à la mairie du 9e arrondissement de Paris. Il rejoint le 144e régiment d'infanterie où il effectue ses classes. A l'automne, il rejoint le Chemin des Dames où il sera blessé le 30 septembre 1915 à proximité de Chivy.

Le 16 mai 1916, il est affecté au 290e régiment d'infanterie de la 19e compagnie.
Il se bat à Avocourt, en Champagne, dans la Somme et revient au Chemin des Dames en janvier 1917.

Le 9 mai 1917, il est cité à l'ordre du régiment et reçoit la croix de guerre avec étoile de bronze des mains du Lieutenant-colonel Eggenspieler qui commande le régiment.
Charles Roger LUDIN est tué le 29 juillet 1917 à 17 heures, dans la tranchée "Von Ludwitz" située à l'est de la ferme d'Hurtebise.

Son corps est ramené à Oulches dans la nuit du 29 au 30 juillet.

Roger LUDIN était célibataire et orphelin de père et de mère, c'est certainement la raison pour laquelle son corps repose toujours en ces lieux appelés "La Chapelle".


Un grand merci à Jean-Pierre JOUANEIX pour les recherches effectuées.


Alain Pereur




































Aucun commentaire: