Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

jeudi 21 janvier 2010

Un sentiment d'injustice

Récemment, j'ai eu l'occasion de parcourir un livre sur la Première Guerre mondiale que je classerai dans la catégorie des "ouvrages généralistes" relatifs à cette époque.
Que de mauvaises découvertes ! Des photographies prises au Chemin des Dames et sensées nous présenter des Poilus combattant à Verdun, des soldats portant des casques Adrian au tout début de l'année 1915, et l'éternelle photographie issue d'un film et proposée comme une charge française face aux tranchées allemandes...
Bien d'autres clichés ou erreurs parsèment ces livres vendus à des prix prohibitifs.
Certes, la présentation est soignée, papier luxueux, couverture alléchante, mais le contenu est souvent affligeant.
Alors, je pose la question suivante : comment des "pseudo-historiens" font-ils pour obtenir les budgets nécessaires pour présenter de tels ouvrages ? Trop souvent les appuis régionaux et donc publics permettent cela. Je sais que les amis de mes amis sont mes amis, mais ne pourrait-on pas essayer d'aider les vrais historiens, compétents, scrupuleux à publier leurs manuscrits, plutôt que d'abreuver les librairies d'ouvrages dépourvus d'intérêt historique, écrits par des "privilégiés" soutenus par des responsables politiques locaux.
Certains diront qu'ils peuvent intéresser les profanes, je répondrai non, car ils comportent trop d'erreurs.
Décidemment, quelle que soit la corporation, ce ne sont pas les meilleurs qui récoltent les lauriers et les facilités.
Cela me rappelle... mais non je m'égare... certaines remises de décorations en 14-18... rien n'a changé.
Alain Pereur

Aucun commentaire: