Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

mardi 26 janvier 2010

Nouveau livre




LA BATAILLE DE LA SOMME
Le sacrifice

René Gilabert

18,50 €
16.5 x 22 cm - 112 pages
Editions L'Eveil de la Mémoire

Après Oradour-sur-Glane en 2008, René Gilabert continue d'explorer les plaies de notre histoire humaine pour que l'oubli ne l'emporte jamais sur la mémoire.


Description du produit
L'offensive alliée sur la Somme avait pour objectif de rompre le front allemand en Picardie. Entre juillet et novembre 1916, les combats opposèrent des soldats d'une vingtaine de nations. Tous belligérants confondus, cette bataille fit 1 200 000 morts, blessés et disparus. La Somme est ainsi un lieu de mémoire pour de nombreux peuples.

René Gilabert explore ce "champ de batailles" et nous livre en images ce qui fut le théâtre de l'une des plus effroyables boucheries engendrées par la folie humaine. Les différents pays qui ont participé, côté alliés, à ce désastre humain, sont toujours présents aujourd'hui, qui par un don, qui par un musée ou un mémorial, qui par un cimetière...

Qu'ils soient Britanniques, Sud-Africains, Australiens, Néo-Zélandais, tous ont fait de cette région de France, un lieu de mémoire.

Le Courrier Picard - mercredi 4 novembre 2009

Aucun commentaire: