Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

jeudi 27 octobre 2016

Quelques nouveaux livres


Au jour le jour dans l’Aisne occupée, 1914-1918
Témoignages réunis et présentés par Guy Marival
Société Historique de Haute-Picardie - 294 pages

À l'occasion du Centenaire de la Grande Guerre, la Société historique de Haute-Picardie publie six journaux ou carnets tenus par des civils dans l'Aisne occupée. Réunis et présentés par Guy Marival, ils montrent comment, de Liesse à Saint-Quentin et des arrières du front à la Thiérache, trois hommes et trois femmes ont vécu la guerre et l'occupation, l'arrachement douloureux de l'évacuation et la difficile existence des réfugiés. Comme l'écrit le professeur François Cochet dans son avant-propos, « ces témoignages disent, en termes tout à fait explicites comme en "creux" et en non-dits, bien des choses sur les phénomènes d'exil et de guerre, et se révèlent riches de sens ».


 
1916 - De la fournaise de Verdun à la boue de la Somme
Auteur : Gilles Vauclair
Editions Sutton - 128 pages

En 1916, les belligérants s’affrontèrent dans deux batailles titanes ques : Verdun et la Somme. Si pour l’armée française l’année 1916 ne fut pas la plus meurtrière, ses soldats durent endurer l’effroyable expérience des charniers de Verdun. Verdun, antichambre de l’enfer, dont certains dirent : « Celui qui n’a pas connu Verdun ne connaît rien à la misère humaine. » Pourtant, pendant plusieurs mois, les Poilus résistèrent héroïquement avec pour unique leitmotiv « Ils ne passeront pas ! ». Parallèlement, sur la Somme, pour la première fois depuis la bataille de la Marne, l’armée allemande pliait réellement devant une offensive alliée, ce qui entama la combativité et la confiance du fantassin allemand. Pour évoquer cette troisième année de la Grande Guerre, Gilles Vauclair, à travers une série de photographies inédites, présente les deux batailles et des ennemis qui, somme toute, n’étaient pas si différents les uns des autres.


La Bataille de la Somme - L’hécatombe oubliée,
1er juillet - 18 novembre 1916

Auteurs : Marjolaine Boulet - Philippe Nivet
Editions Tallandier - 272 pages

1er juillet 1916. 400 000 Britanniques et 200 000 Français se lancent à l’assaut de 50 000 Allemands retranchés sur la Somme, de Gommecourt au nord à Fouquescourt au sud. Le bilan est effroyable. 57 470 Britanniques sont mis hors de combat - dont près de 20 000 perdent la vie - pour gagner 7,8 km2, soit 2,5 morts et 49 blessés par mètre carré. C’est le jour le plus meurtrier de l’histoire du Royaume-Uni. La percée du front, espérée depuis fin 1914 et défendue par Joffre, semble à portée de main. Mais les lignes allemandes résistent au bombardement de plus de 3 millions d’obus et aux multiples assauts. Plus britannique que française du fait de Verdun, la bataille se terminera, cinq mois plus tard, le 18 novembre, sans victoire décisive. La bataille de la Somme totalisera plus d’un million de victimes, soit plus que la bataille de Verdun. Pourtant, cette hécatombe, si présente dans la mémoire anglo-saxonne, a été largement oubliée en France.

Brancardier à Verdun - Journal inédit / juin - août 1916
Auteur : Gilles Vauclair
Editions Sutton - 128 pages

En 1916, les belligérants s’affrontèrent dans deux batailles titanesques : Verdun et la Somme. Si pour l’armée française l’année 1916 ne fut pas la plus meurtrière, ses soldats durent endurer l’effroyable expérience des charniers de Verdun. Verdun, antichambre de l’enfer, dont certains dirent : « Celui qui n’a pas connu Verdun ne connaît rien à la misère humaine. » Pourtant, pendant plusieurs mois, les Poilus résistèrent héroïquement avec pour unique leitmotiv « Ils ne passeront pas ! ». Parallèlement, sur la Somme, pour la première fois depuis la bataille de la Marne, l’armée allemande pliait réellement devant une offensive alliée, ce qui entama la combativité et la confiance du fantassin allemand. Pour évoquer cette troisième année de la Grande Guerre, Gilles Vauclair, à travers une série de photographies inédites, présente les deux batailles et des ennemis qui, somme toute, n’étaient pas si différents les uns des autres.

Aucun commentaire: