Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

mardi 24 avril 2012

Le Bois Robin à Esternay (Marne)


Article paru dans L'Union L'Ardennais :

Il n'y aura plus de cérémonie à la stèle située en bordure de la RN 4 à Esternay. Nous n'irons plus au bois...

Publié le dimanche 26 février 2012 à 12H00
Dans le cimetière d'Esternay, se trouve un monument dédié aux victimes de la guerre au Tonkin.

Les rassemblements au bois Robin, le long de la RN4, ne seront plus organisés. Ils pourraient être transférés dans le cimetière d'Esternay.

CHAQUE année, début septembre, un rassemblement avait lieu auprès d'une stèle installée au bord de la nationale 4, entre Esternay et La Noue. Une croix plantée à la lisière d'un bois, un lieu baptisé le bois Robin. Une commémoration qui entrait dans le cadre des cérémonies marquant l'anniversaire de la première bataille de la Marne.
Ce lieu symbolise la sépulture de plusieurs dizaines de militaires du 73e RI qui tombèrent lors de la prise du château d'Esternay. La cérémonie n'aura sans doute pas lieu en septembre prochain.
Les années passées, les gendarmes assuraient la sécurité du groupe de personnes qui se réunissaient à quelques mètres des voies de la nationale. Une protection essentielle au bon déroulement de la cérémonie, au vu du trafic dense de véhicules sur la RN4.
Une protection par les gendarmes, qui n'est plus garantie, car les militaires doivent d'abord assurer leurs missions opérationnelles.
« La cérémonie du bois Robin étant supprimée, nous pouvons proposer d'organiser une cérémonie dans le cimetière d'Esternay, a indiqué le maire d'Esternay Patrice Valentin lors du dernier conseil municipal de la commune, cimetière où nous avons une sorte de carré militaire, qui pourrait être le théâtre de cette commémoration. »
En effet, dans le cimetière starnacien, se trouve un modeste monument visiblement dédié aux morts au Tonkin (fin du XIXe siècle), une tombe d'un soldat tué en 1914 et une autre sépulture.
Ces monuments, placés tout près du centre du cimetière de la commune, sont en piteux état.
Une plaque de granit
Le maire d'Esternay le reconnaît : « On ne voit plus les inscriptions, les dorures sont effacées, il faut que l'on rénove cet espace-là », a-t-il indiqué. De son côté, le comité sézannais du Souvenir français, qui a repris ces activités récemment, est aussi concerné par l'arrêt des commémorations du bois Robin.
« Nous avons le projet de poser une plaque de granit au cimetière d'Esternay, annonce Gérard Labrune, président du comité sézannais du Souvenir français. Sauvegarder la mémoire du bois Robin, même si on ne peut plus organiser de cérémonies là-bas, c'est pleinement le rôle du Souvenir français. »
Finalement, l'arrêt des cérémonies au bord de la RN4 n'est peut-être pas une si mauvaise nouvelle. Avec la plaque, le souvenir du bois Robin ne sera donc pas oublié. Et sera alors préservé un autre souvenir, celui des soldats qui reposent dans le cimetière d'Esternay, et dont la sépulture avait souffert du passage du temps.
Guillaume TALLON

Aucun commentaire: