Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

lundi 28 février 2011

Nouveau livre



Ed. Stock, 120 p., 13 €

"On pourrait dire simplement de ce texte qu'il est poignant et remarquablement écrit, mots aimables pour inviter les lec-teurs à acheter le livre. Une fois celui-ci refermé, que chacun aura lu d'une traite, ces mots ne sonnent effectivement pas faux. Mais ils semblent trop banals, trop convenus. Guillaume de Fonclare souffre de l'une de ces maladies dites orphelines, qui rend son corps douloureux et atteint sa mobilité. On le sait parce qu'il nous le dit, sans se plaindre ni le cacher. Directeur de l'Historial de la Grande Guerre, créé à Péronne au seuil des années 1990, il contribue à faire de cet espace un lieu non seulement de mémoire, mais de compréhension de cette guerre de 1914-1918, qui fit plus de dix millions de morts. La souffrance qui mord quotidiennement Guillaume de Fonclare, il tente, sinon de la discipliner, du moins de la relativiser à l'aune de celle qui fut la trop fidèle compagne de ces millions d'hommes, tués « au champ d'honneur », broyés par le feu, la peur et, aussi, la connerie militaire. Si ce livre est bouleversant, c'est parce qu'il est aussi la parole d'un homme à l'écoute de toutes ces voix tues, étouffées par la terre de la Somme qui n'en finit pas de vomir sa mitraille. Il est comme ces mots qui s'échangèrent, sans doute, au fond d'une tranchée, comme ceux qu'on s'entend prononcer à soi-même pour donner du son à ce qui envahit l'esprit. « Fermez le ban », aurait-on dit en 1914. Lisez ce livre, dira-t-on aujourd'hui : une leçon de dignité et un magnifique hommage à la vie."
Gilles Heuré - 30 janvier 2010

Aucun commentaire: