Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

dimanche 2 mai 2010

Le monument aux morts de Saint-Gaudens (Haute-Garonne)

Article paru dans La Dépêche du 30 avril 2010 :

Propos recueillis par C.G
Le monument aux morts serait unique

Jean-Claude Auriol s'interroge sur l'existence des liens aux pieds et aux mains du soldat ./Photo DDM Jal


Le déplacement du monument aux morts sur le boulevard Bepmale a changé le regard des Saint-gaudinois sur la sculpture, dont une partie est presque à hauteur d'homme. Celle-ci intrigue fortement Jean-Claude Auriol, spécialiste de la Première Guerre Mondiale. Selon lui, le soldat soutenu par une femme en tenue de deuil représenterait un fusillé pour l'exemple.

Un soldat français ?

Si les plus connus sont les 49 fusillés des mutineries de 1917, il y en a eu dès 1914 et durant tout le conflit, difficile à chiffrer, même si les archives sont aujourd'hui plus « ouvertes ». Au début de la guerre, ceux qui ne voulaient pas se battre se blessaient volontairement d' une balle dans la main. Ils étaient alors immédiatement fusillés. Le moindre recul lors des sorties des tranchées était aussi passible de mort.

Comment êtes-vous arrivé à cette hypothèse?

C'est un ami, Jean Picard, spécialiste des monuments aux morts, qui m'a montré les mains et pieds liés du soldat. Pour lui, le sculpteur Paul Ducuing a peut-être voulu représenter le sort des ces malheureux soldats.

Vous avez cherché àsavoir?

Etonamment, mes recherches aux archives municipales se sont révélées infructueuses. Je n'ai pas retrouvé la délibération du conseil municipal de l'époque de la construction du monument, avec laquelle devrait se trouver le descriptif du projet du sculpteur. Les communes recevaient des subventions pour ériger les monuments aux morts, et dans toutes les communes on trouve l'argumentation du projet. Lui seul me permettrait de prouver que la sculpture représente un fusillé pour l'exemple.

Et si l'hypothèse est exacte?

Ce serait peut-être l'un des seuls monuments aux morts en France à représenter cette image. Les retombées pour la ville d'un monument aussi exceptionnel en seraient plus que positives.

Aucun commentaire: