Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

samedi 9 janvier 2010

Ah !! la neige...

En ce jour où la neige est le sujet principal ... des journalistes, comme si nous n'avions jamais connu cela...
Effectivement moi j'ai, comme beaucoup de gens connu l'hiver 1956, (oui mais je suis vieux !!!) qui me semble être plus sévère que ces quelques flocons, même si devant ma fenêtre nous avons 15 centimètres de "fumier du pauvre" disaient les anciens.
Mais moi j'ai une pensée pour tous ces malheureux hommes qui dans les tranchées, les trous d'obus, les cantonnements à l'arrière troués aux 4 vents, subirent ces frimas... Souvenons nous qu'ils devaient endurer ce froid, cette neige ou cette pluie verglaçante sans abandonner la surveillance ou en repoussant l'ennemi entreprenant.
J'ai en mémoire des poilus recouverts de peaux de moutons, de toile cirée volée dans quelques fermes bombardées, d'accoutrements plus ou moins protecteurs avec un quart de "gnôle" pour se réchauffer... car contrairement à ce que l'on a souvent dit le "riquiqui" servait surtout à réchauffer les corps et un peu à donner du courage....
Amis, ayons une pensée pour ces hommes qui subirent les intempéries dans de plus mauvaises conditions que les nôtres en cette année 2010.
JC Auriol.

Aucun commentaire: