Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

lundi 12 octobre 2009

Léonard LEYMARIE

Envoi de Monsieur Michel AGNOUX :






















Supplément au n° 191 de Lemouzi (3 e trimestre 2009)
SOUSCRIPTION : n° 192 bis de LEMOUZI Parution : décembre 2009
LÉONARD LEYMARIE (1880-1914)
UN ENFANT DE SEILHAC « FUSILLÉ POUR L’EXEMPLE »
Par Gilles QUINCY, maître en histoire,
et Michel AGNOUX, professeur honoraire au collège de Seilhac.
Préface de Robert JOUDOUX,
lauréat de l’Académie française, majoral du Félibrige.
Cet ouvrage retrace l’engrenage militaire et judiciaire qui a amené ce paysan
corrézien, originaire de Seilhac, à mourir, comme des centaines d’autres soldats
français, victime d’une répression aveugle, que le pouvoir politique d’alors a tolérée
sinon couverte.
Léonard LEYMARIE fut traduit devant le conseil de guerre de la 63e division
d’infanterie, sous le chef d’abandon de poste devant l’ennemi par « mutilation
volontaire ». Condamné à mort, il fut passé par les armes le 12 décembre 1914, à
Fontenoy (Aisne).
Il a fallu attendre, le 12 décembre 2008 pour qu’un hommage officiel fût rendu,
devant le monument aux morts de Seilhac, à ce soldat pourtant déclaré « Mort pour
la France » peu après son exécution.
SOMMAIRE
I. Léonard Leymarie, paysan soldat.
II. Fin août 1914 : la recherche de « boucs émissaires ».
III. Le contexte judiciaire.
IV. Le 305e R.I. dans les combats de l’Aisne.
V. Léonard Leymarie devant ses juges.
VI. Deux cas similaires à l’affaire Leymarie.
VII. Déclaré « Mort pour la France » à défaut d’avoir été réhabilité.
VIII. Une famille traumatisée.
IX. Les protagonistes de l’affaire Leymarie jamais inquiétés.
X. L’inscription du nom de Leymarie sur le monument aux morts de Seilhac en 2008.
XI. D’autres Corréziens « fusillés pour l’exemple ».
Documents annexes.
Un volume de 130 pages environ. Envoi franco en souscription : 15 € (18 € à la parution)
…_…..…………………………………………………………………………………………………….
BULLETIN DE SOUSCRIPTION AU n° 192 b i s de LEMOUZI
Je soussigné (nom, prénom, profession)……….…………………………………………..…………
Adresse complète (avec code postal) …………………..….…………………………………………
………………………………………………………………..……………………………………………
Déclare souscrire à la souscription à 15 € franco, Léonard Leymarie (1880-1914), un enfant de Seilhac « fusillé pour l’exemple », de Gilles Quincy et Michel Agnoux.
Chèque ci-joint, …… exemplaire(s) x 15 €. Total ……… €, à la SOCIÉTÉ HISTORIQUE ET RÉGIONALISTE DU BAS-LIMOUSIN. Banque postale Limoges 880-01 E.
Bulletin de souscription à expédier, avec le règlement, à Lemouzi, 13, place Municipale,19000 Tulle.




Je vous joins également l’intervention d’Alain Sautillet le vendredi 21 août à Port Fontenoy sur les lieux où Léonard Leymarie a été exécuté



Le 21/08/09
INAUGURATION PLAQUE POUR LE SOLDAT LEYMARIE
Aux membres de la famille de M LEYMARIE qui pour la lère fois venaient sur cette terre de Fontenoy, M le Sous-Préfet, M Alain VACHER vice président du Conseil général de Corrèze représentant le Président du CG François HOLLANDE, M le Maire de SEILLAC, M le Vice président du C Régional , Alain Reuter, M le Maire de Fontenoy, Mesdames Messieurs les élus, Conseillers généraux, maires, conseillers municipaux, M le Président de l’association 14/18 J Luc Pamart, , M Denis Rolland, historien, , Mesdames, Messieurs les représentants de la gendarmerie, des pompiers, des porte drapeaux , Mesdames, Messieurs
Je dois excuser M Y ves DAUDIGNY président du CG et JL Lanouilh vice président qui n’ont pu se joindre à nous, mais qui vous témoignent toute leur amitié.
Le 12 décembre 2008 une délégation du Conseil général de l’aisne se rendait à SEILLAC en Corrèze afin de rendre hommage au soldat LEYMARIE fusillé pour l’exemple et permettre ainsi avec la municipalité de SEILLAC que son nom apparaisse enfin sur le monument aux morts. C’était aussi pour nous une reconnaissance que nous devions à sa famille. Aujourd’hui la famille de Léonard LEYMARIE a souhaité pour la lère fois se rendre sur les lieux mêmes où un de ses siens a été exécuté, ici à Port Fontenoy)à quelques mètre de cet endroit, il repose au cimetière militaire d’AMBLENY aux côté de 11 233 soldats et porte cette inscription, mort pour la France le 123/12/1914
Yves Daudigny avait appuyé la démarche de la municipalité de Seillac en précisant que dans l’aisne 56 soldats avaient été fusillés pour l’exemple et indiquant aussi que c’était un acte de clairvoyance de la municipalité de Seillac d’inscrire le nom de Léonard Laymarie sur le monument aux morts de la commune où il était né
Qui était Léonard Leymarie. ? Quel crime a –t-il commis ?
Léonard Leymarie ést né le 4/01/ 1880N au hameau de Champeil, commune de Seillac ; Marié le 22/06/1911, il est père de 2 enfants André Louis âgé de 2ans et demi lorsque son Père est exécuté et Marie Louise qui n’a qu’un l an au moment de son exécution ; dans un silence impressionnant, il précisait : « quand chez moi, j’avais besoin d’argent, je prenais un mouton au hasard, pour aller le vendre à la foire. Ici on a voulu faire un exemple, et c’est moi qu’on a choisi. Mais mes camarades qui vont me tuer sauront un jour, et tout le monde saura, que j’étais innocent.

Aucun commentaire: