Association pour le souvenir de la Grande Guerre 14-18

"Les morts ne meurent pas quand ils descendent dans la tombe, mais bien quand ils descendent dans l'oubli."
Henri AUCLAIR

AVERTISSEMENT A NOS AMIS VENANT SUR NOTRE BLOG POUR LA PREMIERE FOIS : En recherchant notre blog, vous avez peut-être "cliqué" sur un forum portant notre nom. Nous tenons à vous informer que notre association n'est plus concernée. Ce forum a été mis en place par des personnes qui ont essayé, dans le courant de l'année 2008, de nuire à notre association. N'étant pas les créateurs de ce site, il nous a donc été impossible de le faire disparaître d'Internet. Ces personnes n'ont pas eu la décence de retirer ce forum, malgré notre demande officialisée en juillet 2008. Ce forum est donc considéré comme "mort" par notre association. Lorsque l'on travaille à la recherche de la vérité historique, lorsque l'on essaie de maintenir la mémoire d'une génération sacrifiée, on ne peut évidemment plaire à tout le monde. Merci de votre compréhension, et nous vous souhaitons une bonne lecture.
Le bureau de L'Encrier du Poilu.

lundi 11 août 2008

Nouveau livre

Un membre de L'Encrier du Poilu vient d'écrire un nouveau livre.
Nous ne pouvons que vous conseiller de l'acheter, L'Encrier en aura bientôt un petit stock d'avance.

À Louâtre, un livre autour des combats de 1918 :
Jean-Michel Rouyer et son ouvrage qui ravira les amateurs d'histoires ou tout simplement les curieux de leur région.


Tiré à 500 exemplaires, un livre vient de paraître sur les combats de juillet 1918, autour de Louâtre. Un habitant du village en est l'auteur.
PARTAGER ses connaissances et son intérêt pour cette période et cette région était l'une des motivations de Jean-Michel Rouyer quand il s'est mis à l'ouvrage. Cet habitant de Louâtre vient de sortir un livre intitulé « Juillet 1918 : début d'une contre-offensive victorieuse. Les combats autour de Louâtre ». Être prêt pour le 14 juillet. Un ouvrage publié à 500 exemplaires, écrit « bénévolement. Tout ce qu'on aura vendu ira à la municipalité », explique Jean-Michel Rouyer. C'est Denis Maurice, le maire de la commune, qui l'a lancé dans ce travail, il y a cinq ans. Le maire détenait quelques documents sur ces batailles et notamment sur l'apport des tirailleurs sénégalais du 36e BTS. À partir de ces documents, d'un témoignage livré par Raoul Desjardins, qui publie un premier récit de ces combats le 1er septembre 1934 dans la revue de Paris, et des archives de l'armée de terre, au château de Vincennes, Jean-Michel Rouyer - « rédacteur en chef » du journal de Louâtre, le bulletin municipal - s'immerge en 1918. « j'ai retrouvé dans les archives les journaux de marche des régiments. On y retrouve les documents d'origine, écrits par les gens de l'époque », explique le passionné, membre de l'association Soissonnais 14-18 et l'encrier du Poilu. Entre le récit de Desjardins, écrit 14 ans après la fin de la guerre, et les écrits dégotés dans les archives de l'armée, Jean-Michel Rouyer se fait sa propre idée de juillet 1918 : « on a l'impression que ce n'est pas la même histoire qui est racontée. Chacun a sa perception propre à partir d'un même événement ». Photos, témoignages écrits, archives et documents divers… Bien documenté, il nourrit sa réflexion et mûrit son écriture. De la première visite à Vincennes en 2003, « l'objectif était d'être prêt pour le 14 juillet 2008 ». Jour de la présentation de son ouvrage au public, jour aussi durant lequel une plaque en mémoire des tirailleurs sénégalais qui ont combattu autour de Louâtre en juillet 1918 a été dévoilée près du monument au mort de la commune.
L'angle historique : Dans cette période, ce qui passionne Jean-Michel Rouyer n'est pas tant le côté militaire que « l'histoire des hommes. Aujourd'hui, l'angle historique a complètement changé ». La façon de vivre les événements, de vivre simplement, le monde paysan, l'ordre, l'école du début du siècle. La grande guerre a beau s'être terminée il y a 90 ans, elle reste proche : « dans toutes les familles il y a quelqu'un qui a connu cette période. On ne peut pas comprendre le XXe siècle sans connaître la première guerre ». Lisez donc !
Ludivine Bleuzé
Mairie : 03.23.72.77.12

Aucun commentaire: